Courage – #AdoptDontShop

(Je tiens à vous avertir, il ne s’agit pas l’article que plus positif qu’il soit, mais il reflète la réalité de mon vécu en ayant eu des chiens sur le tard)

Have courage and be kind

Eh oui, je commence un article sur le fait d’offrir une 2e chance (ou plus) à un animal en citant un film d’une princesse qui parle aux petites souris, Cendrillon. J’ai écrit et réécrit cet article plusieurs fois, en parlant de la bonté et des défis à relever. Mais récemment, en discutant avec des amis, on a soulevé le point que j’ai eu mes chiens bien après la période de socialisation et on m’a dit qu’il fallait du courage pour faire cela. Je ne me suis jamais perçu comme étant une personne courageuse. Mais en pensant à toutes les montagnes de défis qu’on a gravies, je me rends compte que mon premier élan de bonté m’a peut-être caché les aspects moins lumineux de ce type d’adoption. Certes, sur le coup de l’émotion, on ne s’en rend pas compte. On est tellement heureux d’avoir amené cette petite boule d’amour toute nerveuse dans son nouveau foyer et on fait notre possible pour qu’elle s’adapte et aime le plus rapidement possible sa nouvelle vie. Puis le courage embarque lorsque la bulle éclate et que les bémols qu’on n’avait pas pensés apparaissent…

Le courage d’avancer sans regarder en arrière

On ne connaîtra jamais son passé. On ne saura jamais d’où vient tel ou tel comportement. Et pourtant, on continue d’avancer, on va chercher des ressources et surtout, on ne perd pas espoir. On découvre autant de peurs que d’aptitudes, de vices que de dévouements.

Il faut être capable de passer par-dessus tout ces sentiments négatifs qui nous envahissent par ce qu’on se doute du passé de notre animal. On rage, on a de la peine, on a peur de ne pas arriver à surmonter tous les défis que son passé a créés.

Il faut réussir à éviter la rancune et voir le bien que l’on fait puisqu’il faut toujours se rappeler que ce qu’on ressent se transmet au bout de la laisse.

Le courage de s’adapter

Le chien va finir par s’adapter à la routine que vous allez lui offrir, mais en tant que maître, il faut avoir le courage de s’adapter à notre nouvelle réalité avec notre chien. Plusieurs personnes ont, ont déjà eu ou connaissent quelqu’un qui a un chien « parfait », il écoute bien, joue avec tous les chiens, peut se faire tirer le poil pendant des heures par des enfants, etc. Quand on a un chien dont on ignore le passé, il se peut que vous ne puissiez pas aller au parc à chien avec, que vous deviez le mettre dans une pièce lorsque des enfants vous rendent visite, etc. C’est le courage de passer à travers cette période d’adaptation là, de l’accepter, de passer à travers le « dans quoi je me suis embarqué », pour arriver au point où votre routine est établie et que vous ne retourneriez jamais en arrière.

Le courage de prendre un peu plus de temps

On le sait tous, sinon apprenez le maintenant, un chien doit être socialisé (donc le plus possible d’expériences positives dans différents contextes avec différents intervenants et stimulis) avant ses 16 semaines. En étant sa 2e famille, on renonce à ça. On renonce à la voie un peu plus facile de « mettre à notre main » notre chien. Il se peut que vous ayez un chien qui a été parfaitement socialisé, mais le contraire est tout aussi possible.

Il est possible que le budget que vous aviez prévu pour des cours de fantaisie soit finalement destiné à une consultation avec un éducateur canin. Il est possible que vous passiez plus de temps à « rétablir » votre chien qu’à faire des activités de groupe.

Quand le courage fait place à la fierté

Qui n’a jamais ressenti la fierté d’avoir offert un foyer à un animal dans le besoin ? Qui n’a jamais ressenti la fierté d’avoir fait surmonter des peurs à son animal ?

Oui, offrir une deuxième chance c’est faire preuve de courage, mais c’est aussi faire un geste qui remplira votre cœur de satisfaction, de fierté, d’amour.

La vie vous remerciera. Votre vie ne sera que meilleure si vous mettez les efforts qu’il faut.

Les parcours les plus difficiles nous mènent aux plus belles destinations.

Il est beaucoup plus facile que cela ne paraît, d’avoir du courage. Bien que certaines personnes ne pensent pas avoir la force de mettre en place tout ce qu’il faut pour accueillir un être démuni, sachez que la bonté donne du courage. Que les étincelles de joie dans leurs yeux donnent de la motivation.

Bref, c’est d’avoir le courage de s’embarquer dans l’inconnu. D’ignorer son passé et de voir au-delà des efforts que nous devrons faire.

C’est aussi la bonté d’offrir un foyer pour la vie à cet animal. De lui offrir une vie meilleure… et il rendra la vôtre encore plus merveilleuse.

J’ai écrit cet article le dimanche 26 novembre 2017. La veille du décès de mon amie Mishka, celle qui m’a inspiré ce texte. Elle lisait régulièrement mon blogue et m’encourageait à continuer. Avec sa passion de vivre, elle savait me donner la tape dans le dos pour me motiver à continuer.

Plusieurs personnes m’ont fait remarquer que je n’ai rien écrit sur mon blogue depuis un certain temps. J’étais incapable de continuer à écrire sans finir ce texte. Je lui devais de le terminer afin qu’elle puisse danser de joie là où elle est. Elle a su me donner espoir et à bien y penser, m’inspirer plusieurs textes. C’est donc avec beaucoup d’émotion que je publie enfin cet article sur le courage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.